Patrimoine

Religieux:

corra

église st Jean Baptiste

   La Paroisse appartenait au doyenné de Faucogney-Servance, elle existait déjà au XIII ème siècle, l’église-halle est sous le titre de la Nativité de Saint Jean-Baptiste . Elle fut construite au XVII ème (clocher et sanctuaire une date de 1622 sur un bas-relief) et au XVIII ème (nef) .

  Coiffé d’une toiture en pavillon, le clocher présente successivement un portail en plein cintre flanqué de colonnes toscanes portant entablement (daté de 1622), un second niveau percé de fenêtres bigéminées (aujourd’hui murées), puis une chambre de sonnerie bâtie au XVIIIème lors du remaniement complet de l’église (commencé en 1778 et terminée en 1784 par Anatoile Amoudry).

   La nef se compose de trois vaisseaux de cinq travées à voûtes d’arêtes, les arcs doubleaux retombant sur des colonnes et pilastres d’ordre dorique.Une sixième travée ainsi que le chœur fermé par un chevet plat sont voûtés sur croisée d’ogives.

   La chaire repose sur un aigle bicéphale de très grande taille,le superbe retable à colonnes torses de la fin du 17ème siècle magnifie tout l’espace du chœur, deux retables latéraux lui répondent ainsi qu’une exceptionnelle série de de statuette baroques figurant les douze apôtres.

Jean-Louis Langrognet

Conservateur des Antiquités et Objets d’art de la Haute-Saône

retable central corravillers

Retable central de la fin du 17 ème siècle

 


201_1511

St Jean évangéliste en bois polychrome (classée)

L’épreuve de la coupe empoisonnée ou le triomphe de la foi

L’évangéliste saint Jean est représenté tenant un calice qui fait allusion à sa mise à l’épreuve par le grand prêtre du temple de Diane à Éphèse. Celui-ci lui dit : « Si tu veux que je croie en ton dieu, je te donnerai du poison à boire et s’il ne te fait aucun mal, c’est que ton dieu sera le vrai Dieu ». Saint Jean neutralise grâce à un geste de bénédiction le venin qui s’échappe du calice sous la forme d’un petit dragon bicéphale. La légende raconte que saint Jean put ensuite boire le breuvage. Ce récit, popularisé par la Légende dorée de Jacques de Voragine, s’inspire de phrases des Évangiles. Dans celui de saint Matthieu, Jésus dit à saint Jean et à son frère : « Il est vrai que vous boirez la coupe que je dois boire ». Et dans celui de saint Marc, Jésus ressuscité envoie les apôtres en mission et leur promet entre autres l’immunité contre le poison : « Voici les miracles qui accompagneront ceux qui auront cru : quand ils auront bu quelque breuvage mortel, il ne leur fera point de mal ».


Patrimoine industriel:

* Usine de transformation des métaux dite forge Clément actuellement centrale hydroélectrique et entreprise forestière Laroche
Patrimoine classé, étudié ou inscrit

* Tissage de coton de la Société Cotonnière du Breuchin
Patrimoine classé, étudié ou inscrit dit ’tissage de coton de la Société Cotonnière du Breuchin, actuellement usine d’articles en matière plastique « Pro Inject « 

* Le moulin à farine dit moulin d’Esfoz puis minoterie figure sur la carte de Cassini (1760). Il appartient en 1826 à Marc-Xavier Petitjean. Une huilerie y est mentionnée au 19e siècle. Vers 1935, le moulin est converti en minoterie, équipée de deux appareils à cylindres actionnés par une turbine. Une seconde turbine est mise en place en 1941 pour fournir l’électricité (110 V).